Virgilles (illustrateur)

Interview de Virgilles

virgilles-avatar

Bonjour Virgilles. Pouvez-vous nous parler de votre parcours ? De vos débuts jusqu’à maintenant …

Bonjour Yannick. Mon parcours est relativement simple. Je dessine depuis que je sais tenir un crayon, comme tous les enfants, en fait. Par contre, je n’ai jamais cessé de dessiner comme on a tendance à le faire à l’âge adulte. A l’école, je dessinais au lieu d’écouter les profs; à la maison, je dessinais au lieu d’étudier. Mes parents, un peu dépités, ont eu la bonne idée de m’envoyer dans une école qui mettait en avant le dessin. C’est comme cela que je me suis retrouvé à Brassart (une école de graphisme à Tours) où j’ai pu apprendre les bases du métier, mais surtout, à travailler … C’était une chose tout à fait impensable avant. J’étais enfin motivé pour quelque chose ! Ça ne s’est pas fait facilement quand même. En entrant dans cette école, je dessinais mais je ne savais rien des proportions ni des perspectives. Encore moins sur la composition d’une image ou les harmonies des couleurs. J’avais tout à apprendre. J’étais tellement mauvais en croquis que j’avais les pires notes. Heureusement, j’ai eu un prof qui m’a fait dessiner de façon intensive. Ça a fini par être payant !

Une fois le diplôme de graphiste en poche, j’ai intégré une entreprise qui fabrique des enseignes. J’y travaille encore aujourd’hui. En parallèle, je réalise des illustrations pour des fanzines comme AOC ou PDE, mais aussi pour jeu de rôle magazine. Actuellement, j’illustre des couvertures pour les éditions Dominique Leroy. Je travaille en collaboration avec ChocolatCannelle qui dirige l’une de leurs collections. Pour l’instant, j’ai dessiné sept couvertures : Journal d’une sexothérapie et affaires classées X de ChocolatCannelle, De l’amertume d’un moyen sûr d’Alain Giraudo, Destin de femmes de Gilles Milo-Vacéri, Shéhérazade 2.0 de Corpus Delecta, Mon cher Balmy et Soeur Gabrielle d’Isabelle Boucheron. En Avril sortira un recueil de nouvelles fantastiques intitulé Ferrus Occire écrit par Aurélie Wellenstein et édité par Présence d’esprits / AOC. Je fais aussi des commandes pour des particuliers qui me demandent des peintures ou des dessins. On peut me demander pas mal de choses, comme des portraits ou des sujets très différents de ce que j’ai l’habitude de faire.

mon-cher-balmy-interieur in-vinylo-veritas ferrous-occire

 — Quel est votre style et vos inspirations avant de dessiner ? Un lieu, un moment de votre vie, une personne qui vous donne l’envie de prendre votre crayon … ?

L’envie de prendre mon crayon … c’est plutôt une pulsion, un besoin. J’ai bien essayé de m’arrêter de dessiner, pour voir, mais ce fut une période catastrophique. Je DOIS dessiner, c’est plus fort que moi. Je pense que je pourrais être dans les pires situations, à partir du moment où je peux encore dessiner, que cela ne m’affecterait pas.

Beaucoup de personnes me donnent envie de faire ce métier. Mes deux grandes références lorsque j’étais adolescent ont été Caza et Luis Royo. Par la suite, j’ai découvert beaucoup d’autres peintres et illustrateurs. Beaucoup m’ont inspirés : Frank Frazetta, Vincent Dutrait, Mucha, Moebius, Burne Hogarth, Manara, Emmanuel Lepage … Pour l’instant, je suis très attentif à Ricardo Frederici, ou James Gurney. J’en oublie, il y en a tellement d’autres!

Après, je me sers aussi de tout ce qui m’entoure. Ça peut être une photo, un film, une BD, un livre mais aussi un morceau d’ornement d’une plaque que je vois dans la rue, un reflet dans une glace ou un nuage qui a une couleur étrange … Tout est prétexte pour susciter l’inspiration, même le plus insignifiant détail. C’est terrible, l’angoisse de la page blanche sachant qu’il y a tellement de choses qui peuvent nous inspirer ! J’essaye donc d’ouvrir mon esprit à tout, sans restriction. C’est un exercice difficile et il y a beaucoup de choses qui nous empêchent de pouvoir encore nous émerveiller. C’est ce que j’aime dans le métier d’illustrateur : en observant avec attention ce qui nous entoure, même si c’est anodin pour beaucoup de gens, nous pouvons l’intégrer et nous en émerveiller.

Concernant mon style, j’aurais bien du mal à le définir… changeant, c’est sûr ! En fait, je m’adapte beaucoup à la demande ou à la commande. C’est par ailleurs une réalité de mon métier. Il faut tout de même ajouter que beaucoup me placent dans la catégorie BD. Le mieux serait de laisser les personnes qui regardent mon travail se faire leur propre opinion.

vampiriser soeur-gabrielle Sheherazade

 Pourriez-vous nous raconter l’une de vos expériences qui vous a marquées dans votre travail d’illustrateur ?

Ce qui m’a marqué le plus, ce sont mes rencontres avec des illustrateurs, Christophe Vacher, par exemple. Lors du festival des Imaginales à Epinal, j’ai pu passer l’après-midi avec lui et j’ai beaucoup appris. Il a eu la patience de m’expliquer énormément de techniques de peinture et de nouvelles façons d’observer la lumière pour mieux la retranscrire dans mes travaux.

Pendant tout l’été 2013, j’ai ouvert une petite galerie à Rochefort-en-Terre (Bretagne) où j’ai exposé une bonne partie de mes travaux. Ce fut une expérience très enrichissante. J’ai rencontré un public intéressé par mes dessins, j’ai pu discuter avec lui et j’ai aussi échangé des idées avec des artistes. Mon rythme de travail était tout à fait différent par rapport à mon quotidien. Je pouvais enfin passer mes journées à travailler mon art !

femme-de-glace Alice virgilles-journal-sexotherapie

Comment travaillez-vous vos illustrations ? Quels sont vos matériaux utilisés ?

C’est très variable selon le temps, les demandes des clients ou mes envies du moment. L’avantage dans le monde artistique, c’est de ne jamais y faire deux fois la même chose. Je peux changer ma façon de travailler à chaque fois que je réalise une nouvelle illustration. Pour le moment, j’utilise beaucoup le numérique pour ma couleur, parce que ça va vite et que c’est rassurant de pouvoir revenir en arrière si je ne suis pas satisfait du résultat. (Pour ceux que ça intéresse, je les renvoie vers un step by step sur l’un de mes travaux : http://virgillesillustrations.blogspot.fr/) Toutefois, je travaille mes crayonnés sur papier sur lequel je me sens plus à l’aise pour faire mes recherches. J’utilise aussi beaucoup l’acrylique pour mes peintures manuelles. En ce moment, je peins sur du bois recouvert d’un enduit. Mais j’aime aussi utiliser la gouache, l’encre ou les aquarelles … C’est plutôt le sujet qui va imposer sa façon d’être traité de telle ou telle manière. Des fois, je me demande qui contrôle qui.

virgilles-lutin-pas-presse virgilles-fee-sur-trone-2010

Quels sont vos projets ? (Salons, illustrations, dédicaces …)

Avec un ami conteur (le fééricologue : http://lefeericologue.blogspot.fr), nous avons un projet de livre illustré sur les lutins. Nous en sommes encore au pré-projet, c’est-à-dire qu’il nous faut encore trouver un éditeur, mais nous sommes très enthousiastes.

Lorsque j’ai exposé à Rochefort-en-Terre, certaines personnes me demandaient si je ne faisais pas de la BD. Pour l’instant, je n’en ai pas beaucoup le temps, mais il est vrai que j’ai un projet déjà bien entamé, que j’espère pouvoir concrétiser sérieusement, dans un avenir proche …

Et puis, il y a les éditions Dominique Leroy avec lesquelles le partenariat s’est bien installé. J’espère pouvoir réaliser encore des couvertures.

virgilles-la-cathedrale virgilles-fee-sur-rocher-2010 virgilles-destin-de-femmes

— Un dernier mot ?

De par ma modeste expérience, il serait un peu prétentieux de donner des conseils, mais j’ai glané ici et là des infos intéressantes lorsque je demandais conseil auprès des pros que j’ai pu rencontrer. En substance, ils sont unanimes : dessiner ! Encore, toujours, sans arrêt. S’intéresser à tout, même aux choses avec lesquelles, au départ, on n’aurait aucune affinité. Tester de nouvelles méthodes de travail : des façons de faire ou des outils que l’on n’utilise pas forcément. Ne pas avoir peur de se tromper : des erreurs, fleurissent parfois de bonnes solutions ! Aller vers les autres et regarder ce qu’ils font, s’en inspirer pour se renouveler, sans les copier. Si vous vous faites jeter à la porte par les éditeurs, rentrez par la fenêtre. Et, comme le dit si bien Brucero : « Personne ne t’attend, alors prends-toi par la main et vas-y ! »

www.virgilles.fr

http://virgillesillustrations.blogspot.fr/

facebook : virgilles

P.S. : Virgilles a fait lui même l’interview, en guise de présentation >:-D

1 reply on “ Virgilles (illustrateur) ”

Comments are closed.