Création d’un blog

Episode 1 Le Commencement
Episode 2 l’envoûtement

Ma petite histoire suscite beaucoup de visites et de messages sur le forum, ce qui intrigue les autres auteurs qui n’ont pas autant de retours que moi. C’est là qu’une autre auteure me laisse un message en me disant que très peu de personnes viennent la lire. Il s’agit de J. Arden (publiée chez J’ai lu et Rebelle éditions). Curieuse, je lui dis que je vais allez lire son histoire (qui n’a pas encore été publiée et que j’aimerai découvrir intégralement, alors Julie si tu me lis… 😉 ) Nous commençons à sympathiser. Rapidement, nous échangeons nos numéros de téléphone et nous passons des heures par jour à nous parler. Nos conversations tournent essentiellement autour de la lecture et de l’écriture.

Au bout d’un moment, je décide de créer un blog pour publier chaque chapitre de mon roman. L’idée séduit beaucoup d’autres auteurs, notamment J. Arden qui commencera alors sa série Les sentinelles de l’ombre.

Je commence à être une sorte de webmaster et je crée le blog de toutes mes copines, bidouille un peu sur Gimp pour leur créer des bannières et faire quelque chose de joli. C’est à partir de là que je me rends compte de l’importance de l’écriture pour moi. Ça prend de plus en plus de place dans ma vie. Nous créons une sorte de communauté de jeunes auteurs, avec des lecteurs fidèles qui ne cessent de nous réclamer la suite.

Ce forum a été à l’origine de beaucoup d’écrivains que vous connaissez. Nathy (publiée chez Rebelle éditions et qui a créé sa propre maison d’édition : Lune écarlate), personnage fort et intimidant du forum, se lancera dans sa saga The dark side, que j’ai eu la chance de découvrir en avant première. À l’époque, l’histoire était racontée du point de vu de Nelly, j’ai d’ailleurs retrouvé les premiers chapitres, que j’avais imprimés, lors de mon déménagement.

Peu après, j’ai fait la connaissance de Cécilia Correia (publiée chez J’ai lu et Rebelle éditions), qui m’a envoyé la guilde de nod également en avant-première pour une lecture bêta.

Mon style s’améliore et mûri au fil des pages que j’écris. Je suis constamment obligée de réécrire le début, ce qui me prend beaucoup de temps. Mais je veux que l’ensemble soit cohérent et homogène. Je me donne à 200% pour que cette histoire soit « parfaite ». Je me rends compte que je suis perfectionniste…

Et puis, une auteure avec qui j’avais sympathisée fera tout pour me rabaisser dans ma créativité. Elle instaurera une sorte d’emprise sur moi. Cette relation me fait beaucoup de peine, mais je comprends plus tard que cette personne nourrie une jalousie malsaine à mon égard. Au bout d’un moment, je doute de mon talent, je me demande à quoi sert l’écriture et je décide de tout arrêter.

Au bout de 6 mois, je ressens un manque profond que je ne comprends pas. J’ai tout ce qu’il me faut dans la vie, un compagnon que j’aime, un travail, une situation stable… Mais il me manque quelque chose. Je n’arrive pas tout de suite à mettre le doigt dessus, alors je me questionne. Puis je décide de reprendre l’écriture et le manque disparait… c’est là que je comprends que ce n’est pas seulement une passion, mais un besoin viscéral.